REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Renouvellement de l'APP RIM-Ue: La reconduction achoppe sur la contrepartie financière!

Les négociateurs mauritaniens et européens se sont séparés jeudi, à l'issue du 5ème round de négociations pour le renouvellement de l'APP, sans trouver d'entente sur la contrepartie financière. Malgré cela des améliorations ont été apportées au futur accord.  

 

Les négociateurs mauritaniens –il faut le reconnaitre- se sont montrés intraitables sur certaines questions d'importance économique et écologique pour le pays. Par ailleurs, et en droite ligne de la résolution du Parlement Européen, de mai 2011, les négociateurs européens ont accepté des concessions importantes dans ce sens.

 

Des améliorations notoires

Depuis longtemps source de polémique en raison de la mauvaise gouvernance de telles négociations, la partie mauritanienne semble, à cette occasion, placée les intérêts du pays au-dessus d'autres considérations qui prévalaient naguère encore dans la renégociation de l'accord le plus important, en termes d'accès à la ressource halieutique (200 navires), mais aussi en termes de contrepartie financière (305 millions d'euros). Mieux encore, les négociateurs mauritaniens sont parvenus a faire accepter par leurs vis-à-vis européens de nouvelles mesures tendant à valoriser l'offre mauritanienne dans de telles négociations. Si l'on ne sait toujours pas l'ampleur de la contrepartie réclamée parla Mauritanie, pays du tiers-monde, qui importe 70% de ses besoins alimentaires, il semble acquis que malgré les concessions obtenues auprès des européens, la partie mauritanienne n'entend pas, non moins, obtenir une contrepartie financière au-delà des 305 millions d'euros du précédent accord de partenariat dont le dernier protocole s'achève le 31 juillet 2012.

Dans ce registre des "acquis" de la négociation en faveur du pays, il y a encore l'embarquement obligatoire à concurrence de 60% de mauritaniens à bord des navires européens. A cela, il faut aussi ajouter le débarquement des captures pélagiques dans le port d'attache des navires européens à Nouadhibou; soit environ 2% de leur production. Tout cela contribue, en plus des mesures de suspension de l'exploitation du poulpe et du recul de la zone de pêche des navires européens, prévue à20 milescontre 13 dans le précédent accord, à mieux gérer les ressources halieutiques depuis longtemps soumises à dilapidation à ciel ouvert. Si l'on peut regretter les termes de la conclusion d'un accord de pêche avec la société Poly Hondone, qui lui donne accès à la pêche de fond, le sens de responsabilité dans les dernières négociations transparait chez nos négociateurs.

 

Quelle entente possible

 

Après la fin de ce cinquième round de négociations, et à six mois de la fin du dernier accord de partenariat de pêche, prévue le 12 juillet prochain, il faut croire que les retrouvailles pour conclure un nouvel accord dont pourraient bénéficier les douze pays européens dont les navires s'activent dans les eaux mauritaniennes, ne pourraient être que politiques. Cela est d'autant plus vraisemblable que les principaux pays "affectés" par le retard de la conclusion d'un nouvel accord après le renvoi par le Maroc des navires européens présents dans ses eaux, sont des pays politiquement assez présents en Mauritanie. Il s'agit, en général, des pays de la rive sud de l'Europe, et plus spécifiquement de l'Espagne et dela France.Lacrise économique aidant, ces deux pays qui entretiennent des relations poussées avec les autorités pourraient, à défaut de convaincre leurs pairs européens de mettre la main à la poche, faire valoir cet aspect des relations bilatérales pour "convaincre" le Pouvoir de lâcher du lest. Le nouvel ambassadeur français, lui, en tout cas, ne semble pas avoir perdu de temps. Il était déjà mercredi, l'hôte du ministre des pêches. Gageons que les "déconvenues" européennes pour le renouvellement de l'accord auront été abordées.

JD



18/12/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres