REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Comment promouvoir une pêche durable ?

Suivant, le constat fait par CAPE, les conditions suivantes seraient incontournables pour promouvoir la pêche durable dans le cadre de l’APP :

 

L’accès  des  flottes  européennes doit  être  strictement  limité  aux  stocks pour  lesquels  l’existence d’un surplus de ressources non exploitable par les flottes locales  est  démontrée.  Par  exemple,  la pêche  au  poulpe  doit  être  réservée  à  la flotte nationale, en particulier la PAC.

 

Dans ces limites, l’accès doit être limité  aux  opérateurs  européens  qui utilisent  des  techniques  de  pêche sélectives  (interdiction  des  chaînes racleuses,  grille  Nordmøre,  etc.), obéissent  aux  règles  en  vigueur,  et débarquent leurs captures en Mauritanie. 

 

 Par  un  zonage  adéquat,  les chalutiers doivent être repoussés  loin de la  zone  côtière  et  des  autres  zones sensibles  (zones de corail):  les chalutiers crevettiers  côtiers  doivent  être  interdits, les  autres  chalutiers  (céphalopodiers, pélagique,  etc.)  doivent  être  cantonnés au-delà des 50 miles nautiques.

 

Les  conditions  d’une  totale transparence  concernant  les  différentes flottilles autorisées doivent être établies: listes régulièrement actualisées des  navires autorisés accessibles au public et par internet. 

 

Les  rapports  concernant l’utilisation  de  la  contrepartie  financière doivent  être  rendus  publics,  et l’ensemble  des  acteurs,  y  compris  la PAC et la société civile, doit être associé à  la  tenue  des  commissions  mixtes  où ces informations sont discutées. 

 

Il  est  indispensable  que  l’UE soutienne  l’établissement  d’un  cadre  de concertation  des  acteurs  non gouvernementaux  européens  et mauritaniens  qui  permettra  leur adhésion  à  une  vision  commune  de  la gestion  et  du  développement  durable des pêches en Mauritanie

 

Les  sommes  de  la  contrepartie financière  doivent  être  en  lien  avec  les besoins  de  la  Mauritanie  en  matière d’appui  à  une  pêche  durable,  plutôt qu’en  lien  avec  l’importance des possibilités  de  pêche,  pour  permettre une meilleure planification et affectation des montants concernés. 

 

Il  est  également  important  qu’à terme, les coûts d’accès soient supportés entièrement  par  les  armateurs européens.



10/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres