REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Mauritanie:Le nouveau code des pêches: Y a-t-il anguille sous roche?

Le ministre des pêches mauritanien, Nanni Ould Chrougha, a présidé lundi à Nouadhibou à l'ouverture d'une rencontre de concertation sur le projet de loi devant instituer un nouveau code des pêches en Mauritanie.

La rencontre présentée par le ministre comme une réunion de concertation autour du projet et s'inscrivant dans la nouvelle stratégie sectorielle de privatisation des ressources (système des quotas) à l'insitgation de la Banque Mondiale, a vu la participation d'acteurs du secteur des pêches dans notre capitale économique, aux côtés des élus locaux et des autorités administratives de la ville. Le président de la FNP, Elemine Ould Hamoud, n'a pa manqué de rappeler au ministre, à l'occasion d'un échange d'allocutions, les inquiétudes des acteurs du seteur appelant les autorités à sauvegarder leurs intérêts dans la mise en oeuvre de la future stratégie basée sur les quotas. La nouvelle stratégie qui suscite bien des inquiétudes chez d'autres acteurs qui y voient une réforme (sytème des Quotas Individuels Transférables) qui aurait, selon leurs dires, échoué partout où elle aurait été mise en oeuvre. Pour cette catégorie d'ateurs, l'inquiétude est d'autant plus justifiée que l'accès à la ressource pourrait ouvrir la porte à un clientélisme sans nom. L'entrée en vigueur d'une telle loi pourrait, selon eux, mettre en rade les producteurs et notamment les plus faibles au profit d'un monopole d'une poignée d'entreprises qui se verra approprié le sésame pour l'accès à la ressource. Parlant de l'opportunité de la nouvelle loi et des concertations faites avec les acteurs, le ministre Nanni Ould Chrougha n'en a pas moins mis en garde contre "la confusion" que pourrait générer l'entrée éventuelle d'une telle loi, précisant au passage qu'elle ne sera qu'une étape avant l'appropriation par les acteurs des dimensions de la nouvelle réforme sectorielle. Loin de faire l'unanimité la nouvelle loi est combattue par certains acteurs qui voient d'un mauvais oeil l'immixtion de la Banque Mondiale qu'ils accusent de contribuer, par l'entremise des politiques, de paupériser davantage les citoyens à faibles revenus. Notons que la première journée a été consacrée à la présentation de la nouvelle loi et de la stratégie alors que les débats qui promettent d'être parfois houleux sont prévus le lendemain mard. Le secteur des pêches qui pourvoit à près de 50 emplois dont 40.000 dans le sous-secteur artisanal connait un profond marasme marqué par la surexploitation des ressources céphalopodières (poulpe) et pélagiques (sardinelle ronde, maquereau...) objet d'une exploitation effrénée d'acteurs nationaux et étrangers principalement des chinois et des russes.

Notons enfin que la stratégie proposée aujourd'hui par les autorités est focalisée sur le poulpe à forte valeur commerciale alors qu'aucun plan d'aménagement des petits pélagiques n'a encore été décliné.



13/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres