REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

RIM-UE-PROTOCOLE: Rien n’est encore gagné !

Le débat fait toujours rage en Europe sur l’opportunité du renouvellement de l’Accord de partenariat de pêche avec notre pays. Prévu pour discussion au Parlement Européen, vers novembre prochain, dans le meilleur des cas, l’accord est combattu par plusieurs puissantes sphères d’industriels européens.  Le processus de validation comporte donc des «risques sérieux» de non reconduction.

 

Qui a dit au président que le protocole d’accord de partenariat de pêche avec l’Union Européenne n’était finalement qu’une formalité de routine avant son entrée en vigueur. La certitude avec laquelle le Chef de l’Etat abordait la question lors de la rencontre télévisée avec le Peuple à Atar dénote d’une désinformation dans laquelle on a sciemment empêtré le président de la République.

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué !

Les différents aménagements bénéfiques au pays dans le nouveau protocole dont notamment l’exclusivité de la pêche des céphalopodes à la pêche artisanale mauritanienne, la création de plus d’opportunités d’emplois (60% des équipages) et le recul des zones de pêche, sont indéniablement les nouveaux atouts de cet accord dans la préservation de la ressource et d’une recherche d’un impact social. Cependant, loin s’en faut, ce protocole signé in extrémis en juillet dernier après 15 mois d’observation, pour deux ans -le temps de réévaluer la ressource- reste combattu par de puissants groupes européens. L’issue du processus d’approbation du protocole en question par une co-décision du Parlement Européen et du Conseil des Ministres, est encore incertaine. Si plusieurs organisations de la société civile européenne tentent d’apporter leurs soutiens à la position officielle de la Mauritanie, les résultats de cet engagement risquent d’être infructueux et pour maintes raisons. Ce qui peut être expliquerait aujourd’hui la frénésie des manifestations, à l’échelle nationale, pour faire entendre la voix des « gens de mer » dans le pays.

En effet,   la position mauritanienne pourrait être fragilisée par d’abord par l’attribution du protocole d’APP Mauritanie UE vient au président de la Commission de la Pêche du Parlement européen, Mr Gabriel Mato Adrover, du Parti Populaire au pouvoir en Espagne. Il est donc du même camp du gouvernement espagnol qui avait déjà dépêché, à plusieurs reprises, son ministre des pêches Arias Canete, à Nouakchott, pour éviter l’exclusion des céphalopodiers espagnols du nouvel accord. Mao-Adrover  est aussi connu pour être très proche de l’industrie. Sa voix pourrait avoir beaucoup d’échos s’il appelait à voter contre le protocole. Il pourrait notamment fonder son plaidoyer contre le nouveau protocole  en utilisant entre autres argumentations  la présence d’autres flottes d’origine étrangère (chinoises) qui viendraient ainsi  « remplacer » les espagnols montrant que « la proposition de protocole ne conduira pas à une pêche plus durable dans les eaux mauritaniennes, sur le poulpe en particulier ». Il est également conforté par le refus des crevettiers et les navires de petits pélagiques qui ne veulent pas prendre, dans les nouvelles conditions, des licences. Or, dans la proposition de protocole la dénonciation du protocole est possible dans un tel cas. C'est-à-dire pour les 40 millions versés par les armateurs sur les 100 millions d’euros de contrepartie financière prévue. Le président de la commission pêche au Parlement Européen pourrait donc noyer le poisson ou tout du moins rendre difficile voire impossible l’obtention d’une majorité en faveur de la proposition du nouveau protocole. La Mauritanie officielle n’ayant pas véritablement de lobby dépendra forcément du forcing des organisations non gouvernementales européennes en sa faveur.   Mais même dans le meilleur des cas et si le protocole était voté par le Parlement Européen,  la décision du parlement passera, dans une autre phase, devant le conseil des ministres  qui devrait l’entériner. Or, sur ce plan aussi, plusieurs pays européens comme l’Espagne font tout pour rendre aléatoire la décision du Parlement en suscitant une « minorité de blocage » au sein du conseil. Le succès des adversaires du nouveau protocole signifiera tout simplement que l’on s’acheminera inéluctablement vers de nouvelles négociations et la remise en cause des avantages annoncés pour acquis par les négociateurs mauritaniens.

 Une porte ouverte pour les chinois ?

Alors que le partenariat avec Polyhondone –une convention de 25 ans signée pour un investissement de 100 millions Usd- fait toujours jaser notamment depuis l’arrivée de céphalopodiers glaciers dont le produit échapperait à la commercialisation par la Smcp, le repavillonnage de tels navires, en l’absence de tout capital mauritanien, fait croire à un stratagème ourdi en prévision des conditionnalités imposées dans le nouvel accord avec les européens. Une éventualité qui ferait dire à certains observateurs que « les négociateurs mauritaniens ont travaillé pour faire plus de place aux chinois ». Vrai ou faux ? Ce qui est sûr, c’est que même si la convention Polyhondone reste supérieure aux lois nationales, elle ne pourrait plus être remise en cause avant vingt cinq ans. Cependant, le dernier arrêté du ministre des pêches stipulait clairement que tous les navires de pêche pélagique seraient astreints aux nouveaux aménagements pour les zones de pêche. Les chinois dont les conclusions sur leur pêche expérimentale n’ont pas encore été rendues publiques parlaient, il y a quelques mois déjà, du déficit de leurs outils de production…Qu’en sera-t-il quand ils seront obligés de respecter le zonage prévu pour la pêche pélagique. Faut-il s’attendre à une nouvelle chinoiserie dans la très contestée convention avec Polyhondone fishery, non pour le principe mais pour les avantages (fiscaux, commerciaux et d’établissement) énormes dont elle est entourée pour 25 ans encore. A moins que cette convention ne camoufle des dessous pas… « islamiques » !

 Jedna DEIDA (Le Quotidien de Nouakchott et REJOPRAO)

 



12/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres