REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

La vérité sur le montant de la contrepartie financière du nouvel accord de pêche RIM – UE

L’objectif visé par la Mauritanie lors de la révision, en 2008, du protocole d’application de l’accord de pêche précédent RIM - UE, était d’arriver, à la fin de cet accord, prévue en 2012, à une situation où l’on n’aurait plus besoin de faire un nouvel accord avec l’UE.

Cet objectif n’a certainement pas été atteint, dans la mesure où la Mauritanie vient de conclure un nouvel accord de pêche avec l’UE.

Cependant, même si l’objectif ci-dessus n’a pas été réalisé, les négociateurs mauritaniens avec le soutien de certains pays de l’UE, ont réussi, dans le nouvel accord, à renforcer les acquis des accords précédents, en réalisant quelques améliorations au profit de la Mauritanie : recul de la limite des zones de pêches, augmentation du nombre minimum de marins mauritaniens à embarquer obligatoirement, mise des céphalopodes hors du champs de l’accord (pour ce dernier point, attendre de savoir la destination réservée aux céphalopodes avant de se prononcer définitivement).

Curieusement, la communication du pouvoir en place, sur le volet financier de l’accord, a voulu masquer la vérité sur la contrepartie financière, alors que cette déformation de la vérité ne servira que ceux parmi les européens qui veulent remettre en cause le nouvel accord, notamment certains opérateurs espagnols de la pêche. La contrevérité sur la contrepartie financière de l’accord a même été reprise par certains médias internationaux. Il est donc nécessaire de rétablir la vérité sur cette question.

1°) La contrepartie financière de l’accord précédent (qui avait en son temps permis à la Mauritanie d’enregistrer des acquis importants) était de 85,5 Millions d’euros. Cette contrepartie financière a été révisée en 2008 pour la ramener à 73 Millions d’euros, mais avec une diminution de l’effort de pêche d’environ 40%. C’était donc une bonne amélioration pour la Mauritanie (effort de pêche diminué de prés de 40% alors que la contrepartie financière n’était diminuée que de 14,6%).

2°) La contrepartie financière de l’accord qui vient d’être signée est de 70 millions d’euros et non 113 Millions d’euros tel que certains veulent le faire croire. Cela est vérifiable, il suffit de se référer à l’accord qui vient d’être signé. Il faut même ajouter que sur les 70 Millions d’euros seulement 67 Millions sont acquis, les 3 Millions restant étant conditionnés à la réalisation de certaines actions par la partie mauritanienne.

Le montant de 113 Millions d’euros dont on parle, résulte d’un calcul consistant à ajouter les redevances (paiement des licences par les armateurs) au 70 Millions. Pour faire la comparaison, il faudrait ajouter également les redevances (licences) au 73 millions de l’accord précédent, ce qui donnerait pour cet accord plus de 120 Millions d’euros.

La bonne comparaison c’est 67 Millions de 2012 à 73 Millions de 2008. C’est plus honnête. D’ailleurs, pour faire bien comparer, il faut d’abord procéder à une actualisation (1 euro de 2008 n’est pas 1 euro de 2012). De plus, les prix des produits de la mer ont beaucoup augmenté entre temps.

En conclusion, dans l’accord actuel il y’a des acquis positifs, il n’est pas nécessaire de manipuler les chiffres pour faire de la désinformation, d’autant plus que cette désinformation ne sert que ceux, parmi lesquels certains armateurs espagnols, qui veulent remettre en cause les acquis du nouvel accord.

Maréga Bab via Ufpweb

               



29/09/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres