REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Communiqué de presse du PAM: 1,3 million d’enfants risquent de ne pas bénéficier de repas scolaires cette année en Afrique de l’Ouest et Centrale

Alors que les cours reprennent cet automne, plus de 1,3 million d’enfants à travers l’Afrique de l’Ouest et Centrale risquent de ne pas bénéficier des repas scolaires du Programme Alimentaire Mondial étant donné que les contraintes financières obligent l’agence de l’O.N.U. – qui est le plus grand sponsor de cette initiative - à en réduire la portée. La diminution des ressources, l'évolution des priorités des donateurs ainsi que la modification des mécanismes de financement dans certains pays, ont contribué d’une part, à créer un déficit de financements et d’autre part, à mettre en péril les programmes. À moins qu’un financement ne parvienne d’ici le moins prochain, plus d’un demi million d’élèves à travers le Mali, Niger, Mauritanie et Cameroun pourraient commencer la nouvelle année scolaire sans les repas qu’ils ont l’habitude d’avoir.

D’ici la fin de 2016, il n’y aura plus d’assistance pour 700,000 enfants en plus dans onze autres pays. Au Tchad, où, dans certaines régions, près de 80 pour cent de la population ne reçoit pas une quantité suffisante de nourriture nécessaire pour mener une vie saine, la capacité d’action du programme des repas scolaires du PAM a été réduite de plus de 90 pour cent sur les trois dernières années à cause du manque de financements (de plus de 200,000 enfants assistés en 2013 à 15,000 en 2016). Au Sénégal, les ressources actuelles permettront de couvrir les repas scolaires de moins de 20 pour cent des enfants ciblés par le programme. En Mauritanie et au Cameroun, à cause du manque de financements pendant l’année scolaire 2015-2016, le PAM a été obligé de stopper son assistance en Janvier et en Mai.

En Guinée, le PAM va réduire de moitié son assistance pour cette année scolaire. “Dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale – dans un contexte marqué, d’une part, par la famine et la malnutrition chroniques et d’autre part par les conflits - les repas scolaires ont toujours été une bouée de secours pour les enfants, très souvent les page 2 seuls repas réguliers et nutritifs qu’ils reçoivent,” a declaré Abdou Dieng, Directeur Régional du PAM pour l’Afrique de L’Ouest. Alors que dans certains pays le gouvernement ainsi que les autres agences dirigent ou supportent le programme des repas scolaires, dans la majorité de la région l’agence est la seule ou la principale source de provision des repas scolaires, en ciblant les zones où les niveaux de famine et de malnutrition sont les plus élevés.

Les contraintes liées au financement ont obligé le PAM a réduire de plus en plus ses zones de couverture année après ann&eacute%



11/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres