REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Tambacounda (Sénégal): 2 500 tonnes de poissons commercialisés à Tambacounda en 2010

Même si le prix du poisson reste encore élevé dans la région, Tambacounda aura consommé 2 500 tonnes de poisson en 2010 pour une valeur commerciale qui avoisine le milliard de francs Cfa. C’est ce qu’a fait savoir, avant-hier, le chef du service régional de la pêche, El Hadj Thiam, lors d’une visite du ministre de l’Economie maritime.

(Envoyé spécial) - Malgré son éloignement des différents centres de débarquement du pays, la région de Tambacounda enregistre de bons résultats dans la commercialisation du poisson. En effet, selon le chef du service régional de la pêche de la localité, El Hadj Thiam, Tamba a consommé un peu plus de 2 500 tonnes de poisson en 2010 pour une valeur commerciale qui avoisine un milliard de francs Cfa. ‘Pour l’année 2010, les quantités de poissons commercialisées à Tambacounda s’élèvent à 2 504,571 tonnes pour une valeur commerciale estimée à 752 millions de francs Cfa’, souligne-t-il. Et dans les principales espèces ventilées, le technicien identifie la sardinelle ronde qui est l’espèce dominante avec 1 971 tonnes ; soit 78 % du poids total pour une valeur commerciale de 542 millions. La sardinelle plate, elle, représente 439 tonnes ; soit 17,53 du poids total pour une valeur commerciale de 111 millions de francs Cfa. Les autres espèces dites nobles (carpes blanches, mulets, carpes rouges, dorades, mérous blancs, etc.) représentent elles, 94 tonnes ; soit 3,77 % pour une valeur commerciale de 98 millions.

Cependant, le prix du poisson reste encore élevé. Il varie, selon Thiam, entre 250 et 340 francs Cfa. ‘Pour le prix, tout dépend de la campagne au niveau de la zone côtière. Présentement, on assiste à une surproduction au niveau de Saint-Louis et tous les produits nous viennent de ce lieu de débarquement. Ce qui fait que le prix du poisson peut baisser dans la région parce que l’offre est importante. Nous constatons que plus de 12 camions arrivent par jour. Donc, la ressource est disponible à bon prix en ce moment à Tamba’, déclare Thiam. Qui souligne que, avec l’ouverture prochaine du complexe frigorifique, le prix du poisson va connaître une baisse considérable. ‘Il y a certains mareyeurs qui paient jusqu’à 300 mille francs Cfa pour l’achat de la glace qui permet de conserver les produits. Avec l’arrivée du complexe, les frais de conservation vont considérablement baisser et cela pourrait se répercuter sur le prix au grand bénéfice des populations’, poursuit-il.

Directeur de la pêche continentale, Dr Abdoulaye Diagne qui souligne l’importance de la pêche dans la région, plaide pour la démocratisation des ressources halieutiques. ’Les ressources halieutiques n’appartiennent pas seulement aux riverains de la mer, mais à tous les Sénégalais. L’Etat a déployé un vaste programme de développement de la pêche continentale. On est en train de monter un peu partout dans le pays des complexes frigorifiques qui nous permettront de ne plus avoir des pertes post-captures’, dit-il.

En outre, le chef du service régional de la pêche de Tamba note que, malgré un potentiel hydrographique très important provenant d’un réseau dense avec le fleuve Sénégal, la Falémé et la Gambie, l’activité de mareyage est pratiquée dans des conditions qui sont en inadéquation avec la réglementation. ‘C’est une pêche artisanale pratiquée avec du matériel désuet, essentiellement composé de pirogues motorisées, à pagaie, de filets (dormants, maillants), de casiers et de lignes. La pisciculture est à l’état embryonnaire. Cependant, le réseau hydrographique très dense de la région lui confère, de façon naturelle, une prédisposition aux activités piscicoles. Dans une perspective de redynamisation, une réelle politique s’avère nécessaire pour impulser le secteur’, déclare El Hadj Thiam.

Source Walfajri (Seyni DIOP)



01/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres