REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Pêche : L’Afrique de l’Ouest cherche à accroître ses exportations

Le secteur de la pêche est d’une importance majeure pour les pays d’Afrique de l’Ouest. En Mauritanie, par exemple, la pêche contribue à hauteur de 30% au budget de l’Etat et assure 50% des exportations du pays.Absorbant en moyenne 80% des productions halieutiques de l’Afrique de l’Ouest, l’Union Européenne constitue le principal marché d’exportation pour ces pays. Or, l’Europe possède une réglementation sanitaire très contraignante concernant l’importation sur son territoire des produits de la pêche. En réponse à cette situation, les pays d’Afrique de l’Ouest cherchent à renforcer les capacités des administrations des pêches des sept pays membres de l’éco-région Wamer afin que les exportations des produits de pêche répondent au “paquet d’hygiène” de l’UE.Un atelier de formation destiné aux directeurs nationaux des pêches et des services de contrôle qualité des produits de la pêcheLe “paquet hygiène” est une norme européenne qui concerne la traçabilité, l’analyse, le contrôle et l’assurance qualité des produits de la pêche.La Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée Bissau, la Guinée, la Sierra Leone et le Cap vert se sont réunis pour se mettre à niveau sur l'ensemble de cette réglementation relative à l'amélioration de la qualité des produits de la pêche. A l’occasion de cette rencontre, tous les acteurs qui évoluent dans le secteur de la pêche ont été informé des dispositions et des mesures à prendre pour faciliter l’écoulement des produits de la pêche vers l’UE.Même si au niveau des pays de la sous-région, les besoins ne sont pas les mêmes, car certains d'entre eux disposent de normes pour l'exportation et d'autres pas, le Wwf Wamer travaille pour mettre sur place un dispositif qui permet aux pays d'exporter tout en respectant les normes d'hygiène, d'assurance qualité et de traçabilité.Depuis l'avènement de l'Union Européenne, il y a eu ce qu'on appelle l'harmonisation de la réglementation pour aller dans le sens de la protection du consommateur.Ainsi, les pays africains ont érigé des réglementations sur le marché de l'exportation vers l'UE en vue de respecter les normes sanitaires. Le Sénégal, grand pays exportateur des produits de la pêche et qui met sur le marché plus de 100 000 tonnes par an, pour une valeur commerciale de 185 milliards de francs CFA, dispose d'une autorisation d'exportation sur l'UE, tout comme la Mauritanie.Le respect des normes exige la mise en place d’importants moyens. La mise en place des normes est difficile parce que ces normes exigent l’écriture. Or l’écriture n’est pas forcément très répandue chez les pêcheurs.Pour le Sénégal, les choses sont déjà en place, car le pays dispose d’un agrément depuis 1996 et cet agrément a été renouvelé récemment en 2010. Par contre, au niveau de la sous-région, plusieurs pays se sont vus retirer leur agrément d’exportation, comme la Guinée ou la Gambie; ce qui pose problème pour l’économie de ces pays où la pêche occupe une part importante du PIB. Cette situation de retrait d’agrément de certains pays de la sous-région profite au Sénégal, car la production est reversée et exportée à partir de Dakar. Mais, il faut dire que cela constitue un véritable manque à gagner pour ces pays qui exportent sur le marché international leurs produits de pêche.Les échanges lors de cette rencontre permettront donc à ceux qui ne sont pas très avancés dans ces domaines de bénéficier de l'expérience des autres et d'avoir le soutien de ces pays pour une mise à niveau.

 Source: Afrique Avenir



20/11/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres