REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Parlementaires et élus locaux ouest-africains à Freetown : Remplir la mission!

Du 20 au 22 octobre 2011, Freetown (Sierra Léone) abritera la rencontre organisée par le Projet d’Appui au Réseau Régional des Parlementaires et Elus Locaux en faveur d’une gestion intégrée de la zone côtière et marine des pays du littoral ouest-africain (PREPARE).

L’objectif est de renforcer les capacités des parlementaires et élus locaux sur les risques liés au développement de certaines activités, telles que les industries extractives, la pêche INN, la gestion des zones humides et la gouvernance des aires protégées.

 

Quelles conséquences de la pêche INN sur les ressources halieutiques et sur les économies

des pays du littoral ouest africain? Quels rôles des parlementaires de la sous-région dans la recherche et la mise en oeuvre de solutions innovantes et concertées? Telles sont entre autres interrogations, les inconnues à la thématique soulevée par la pêche INN et que les parlementaires et élus de la sous-région devraient décortiquées à l’occasion d’une rencontre de deux jours à Freetown.

 

L’Europe marché de prédilection de la pêche INN

 

La tenue de cette rencontre fait suite aux observations en Mai 2010 de la FAO sur la pêche INN. Elles font état de conséquences graves pour la gestion durable à long terme des pêches de capture. Le constat est que si « cette pêche n’est pas surveillée, le système sur lequel reposent les décisions en matière de gestion des pêches est faussé. Une telle situation ne permet pas d’atteindre les objectifs de gestion et entraîne la perte d’opportunités sociales et économiques à court et long termes. À l’extrême, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée peut entraîner l’effondrement d’une pêche ou sérieusement compromettre les efforts déployés pour reconstituer les stocks de poissons qui sont déjà épuisés ».

La rencontre tentera donc de sensibiliser les membres du réseau sur les conséquences de ce fléau sur les ressources halieutiques des pays du littoral ouest-africain et partant sur ses effets à long terme ». «Une mission d’échange auprès du parlement européen et de la commission européenne en décembre 2009» avait donc déjà été initiée par APPEL. Pourquoi l’Europe ? Le sentiment partagé est que le marché européen plus lucratif s’impose comme celui de la destination finale de la production INN.

 

Transparence et bonne gouvernance environnementale

Par ailleurs, et selon les organisateurs, cet atelier vise à renforcer les capacités des parlementaires et élus locaux de la sous-région pour mieux les sensibiliser sur les risques liés à la pêche INN mais également sur ceux liés aux industries extractives et à la mauvaise gestion des zones humides et des aires protégées. En d’autres termes, il s’agit de rappeler les exigences de transparence et de bonne gouvernance environnementale d’où le rôle attendu des représentants des populations.

Principalement, l’atelier qui se déroulera du 20 au 22 octobre, s’attellera  encore à l’installation officielle du réseau national des parlementaires et élus locaux de la Sierra Léone, mais dans l’ordre d’idée renforcement les capacités des parlementaires et élus locaux du réseau régional APPEL sur les enjeux et les risques liés à la pêche INN, aux industries extractives, à la gestion des zones humides, à la gouvernance des aires protégées et enfin partager les orientations, les objectifs, les stratégies et les domaines d’actions prioritaires d’une deuxième phase éventuelle du PREPARE.

L'atelier vise notamment à renforcer leurs capacités des élus sur les problématiques environnementales, « qui constituent des enjeux majeurs pour le développement durable des pays du littoral ouest-africain » ; enjeux déroulés en rencontres de mobilisation des acteurs sur des thématiques diverses comme les changements climatiques, la pêche, les hydrocarbures, la gestion des mangroves, l’érosion côtière…

 Au moins trois thématiques d’une brûlante actualité seront développées au cours de ces assises de Freetown. Il s’agir des industries extractives pour évoquer les impacts environnementaux et sociaux de l’extraction minière dans la sous-région ; l’échange d’expériences pour atténuer les risques pour les populations et les écosystèmes et enfin exhorter à travers les recommandations à une approche sous-régionale  intégrée et harmonisée.

Il sera également question des écosystèmes fragiles des zones humides et notamment le rôle de la mangrove comme  pouponnière pour la faune marine, zone tampon protégeant la côte de l’impact des vagues, de la houle ou des tempêtes, mais aussi de zone d’épuration et de filtration de l’eau.

 

Gestion harmonisée de l’espace PRCM

Outre les calamités naturelles, les participants parleront également de l’impact des activités humaines sur ce fragile équilibre. Et dans ce registre, les participants débattront des aires protégées en Afrique de l’ouest dont la « contribution inestimable à la conservation de la biodiversité et à la protection des patrimoines culturels des populations autochtones » n’est plus à démontrer. 20 millions de Km2 constituent aujourd’hui, l’espace des aires protégées dans la sous-région. Même si cela apparaît encore comme une goutte dans l’océan de la géographie sous-régionale, la dynamique enregistrée au lendemain des Indépendances est à l’extension des espaces vitaux face à la résurgence des phénomènes climatiques comme la sécheresse, la désertification ou encore les inondations…Il ne pourra pas non plus occulter l’impact négatif sur ces espaces de l’activité humaines, des « mauvaises pratiques de gestion et  la faiblesse des moyens humains, matériels et financiers».

Selon ses initiateurs, l’atelier de Sierra Leone sera d’ailleurs l’occasion « de proposer des initiatives à prendre par les parlementaires et élus locaux pour la mise en place des cadres législatifs et réglementaires en faveur d’une gestion harmonisée des aires protégées dans l’espace PRCM ».

La réflexion sera aussi inaugurée au cours de cet atelier sur « les orientations générales, les objectifs et actions prioritaires d’une éventuelle deuxième phase du projet d’appui au Réseau régional».

Rappelons enfin que cette rencontre est une initiative conjointe du Réseau des Parlementaires pour l’environnement de la Sierra Léone, du Réseau régional APPEL, de l’Unité de Coordination du Programme Régional de la zone Marine et Côtière en Afrique de l’Ouest (PRCM), de Wetlands International, de la Commission Sous-Régionale des Pêches (CRSP), du Programme Marin et Côtier de l’UICN et de la Fondation Internationale du Banc d’Arguin (FIBA).

Jedna DEIDA (avec note conceptuelle)



18/10/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres