REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

Pêche: Les fruits de l’arrêt biologique !

Les pêcheurs artisans se frottent les mains. Il y a longtemps que cela n’était pas arrivé. Il faut reconnaître malheureusement que les décisions politiques dans ce secteur (aménagement des pêcheries) ont souvent «sacrifié » ce sous-secteur qui occupe l’écrasante majorité des mauritaniens dévolus aux activités de pêche. La raison à cette euphorie du sous-secteur tient à la bonne production réalisée par l’activité à l’issue du dernier arrêt biologique notamment les quinze jours précédant la reprise de l’activité de la pêche industrielle. C’est donc indéniablement un ballon d’oxygène pour l’activité qui pour l’activité principale, pêche au poulpe, a enregistré des captures de l’ordre de 1628 tonnes pour une rente de 11 663 747 Usd. Plus encore, les prix affichés pour cette production valables jusqu’au 31 juillet sont alléchants (voir tableau des prix). Mais l’on ose dire encore que comme le malheur, le bonheur ne vient pas tout seul.

En effet, l’espoir suscité par la bonne pêche s’accompagne, dans ce secteur vient de bénéficier, en plus des prix alléchants, de mesures incitatives prises par le président de la République exonérant ce sous secteur de la dime des 20 ouguiyas perçus au titre du fonds de solidarité. De même l’Etat sur instruction présidentielle a encore fait sauter les 13 ouguiyas précédemment payés au fonds de solidarité (gas-oil).

Pour la production actuelle, au moins neuf acheteurs étaient en course à qui s’adjugera la production artisanale au meilleur prix. Et il semble que l’acheteur chinois Mitsubishi ait été le plus disant s’arrogeant la majeure partie de la production artisanale.

Dans le secteur, les artisans mauritaniens jubilent aujourd’hui et croient dur comme fer que «c’est là la preuve» que les pêcheurs artisans pourraient être compétitifs sur le marché international pour peu que la pêche industrielle ne leur fasse pas une concurrence déloyale. Ils estiment également qu’un tel bilan va se répercuter sur la ville de Nouadhibou atteinte de plein fouet ces derniers temps par le marasme. Leurs représentants se disent sensibles aux mesures initiées par le président de la République pour aider leur activité à reprendre son lustre d’antan.

Pour l’heure, les artisans savourent et croquent à pleines dents les fruits de leurs efforts.

Jedna DEIDA (Le Quotidien et REJOPRAO)

 

Taille Poulpe

Prix à la tonne

T3 :

7800

T4

7400

T5

7300

T6

7700

T7

7400

T8

6800

PR1

6350

PR2

6300

PR3

5700

PR

5000



07/07/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres