REJOPRAO-Mauritanie!

REJOPRAO-Mauritanie!

CSRP/Pêche INN :142 millions de F Cfa pour une meilleure surveillance

La FAO et la Commission sous-régionale des pêches (Csrp) ont signé hier, vendredi 25 septembre à Dakar, le document du projet « d’appui à la mise en œuvre du plan d’action sous-régional sur la pêche illicite, non déclarée et non réglementée ». Selon les représentants des deux structures engagées, ce projet vient à point nommé.

 

« Aucun pays membre du Csrp ne peut, individuellement, assurer la surveillance de ces côtes »,  fait remarquer Amadou Ouattara, représentant résidant de la FAO et Amadou Ciré Kane, secrétaire permanent du Csrp. C’était au cours de la cérémonie de signature du document du projet « d’appui à la mise en œuvre du plan sous-régional sur la pêche illicite, non déclarée et non réglementée » qui s’est tenue hier, vendredi 25 septembre, au siège du Csrp à Dakar.

En effet, le représentant résidant la FAO a expliqué que son organisation est consciente des ressources limitées des pays membres de la Csrp. Allant dans le même sens, le secrétaire permanent de la Csrp a affirmé que : « on n’a pas les moyens pour surveiller les bateaux et l’activité économique sur nos eaux ». Il poursuit en disant que dans le cadre de ce projet, « il s’agit essentiellement de fourniture d’équipement en moyen de surveillance ».

Financé par la FAO à hauteur de 142 080 000 de F Cfa, ce projet vise à contribuer à l’augmentation des profits économiques des États membres de la Csrp à travers la réduction des effets néfastes de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée.

Selon Amadou Ouattara, de tels activités « irresponsables » contribuent à anéantir les ressources halieutiques des côtes des pays de la Csrp. « Le mandat de la FAO, qui est la sécurité alimentaire, nous contrait de poser un acte concret contre cette pratique qui se développe de plus en plus et tend à être un fléau ».

Ce projet vient à un moment où le secteur de la pêche, dans la sous-région, traverse une crise importante caractérisée par : surexploitation des ressources, surcapacité de l’effort de pêche, augmentation considérable des pêcheurs artisans et du nombre croissant de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, pouvait-on lire dans un document qui a été remis à la presse.

La Commission sous-régionale des pêches, composée du Cap-Vert, de la Gambie, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, de la Mauritanie, de la Sierra Léone et du Sénégal, se félicite, à travers son secrétaire permanent, de la mise en place de ce nouveau projet. En attendant de voir les premiers résultats, reste est de savoir si les pêcheurs « irresponsables » continueront à vaquer à leurs occupations à savoir la pêche illicite, non déclarée et non réglementée ?


Sudonline

(Stagiaire)



23/11/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 66 autres membres